Portes ouvertes aux Cramades – « Tous ces déchets… c’est dingue… Il faut le voir pour le croire ! « 

Depuis 3 ans, le Sytec organise au mois de février, le Mois du tri pour informer et sensibiliser le public sur le geste de tri. C’est pourquoi il ouvre les portes du centre de tri pour accueillir et répondre aux questions du public.
Une trentaine de personnes ont participé à la visite du site des Cramades. Elles ont découvert toutes les installations de traitement des déchets produits par les 44 269 habitants de l’Est Cantal. Beaucoup de questions ont été posées : sur les consignes, sur l’enfouissement, les impacts sur l’environnement. Les échanges ont été riches sur la nécessité incontournable de trier les déchets recyclables, et d’agir pour réduire nos déchets.

Face à cette quantité de déchets produite tous les jours, un visiteur s’exclame à l’arrivée d’un camion de déchets recyclables

C’est dingue ! C’est dingue tous ces déchets. On ne s’en rend pas compte, il faut vraiment le voir pour le croire. Et c’est nous qui produisons tout ça ! 

Découverte du métier de valoriste « Mais ils font tout ça à la main ! Je pensais que c’était des machines qui le faisaient ! »

Les valoristes séparent les déchets recyclables par matière à la main. Attention à respecter les consignes de tri et ne rien mettre de dangereux et de sale dans les bacs de tri.

Face au casier d’enfouissement aussi, en découvrant toutes les installations et les technologies (et aux investissements financiers) nécessaires pour traiter les déchets aujourd’hui : la récupération et traitement des jus de déchets, récupération et valorisation du biogaz, compactage quotidien des 42 tonnes de déchets déposées chaque jour dans le casier, recouvrement périodiques des déchets…

Le tri ? Un geste logique !

Au-delà de l’enjeu environnemental crucial, les animatrices du SYTEC ont insisté sur le bien-fondé du tri d’un point de vue économique.

« Un déchet recyclable déposé au tri coûtera sa collecte mais PAS son traitement dans le centre de tri qui ne coûte rien à l’habitant. Si ce déchet n’est pas trié, il sera enfoui. Il coûtera alors sa collecte ET son enfouissement. Pourquoi payer un déchet qui pourrait rapporter de l’argent pour financer le fonctionnement du centre de tri (salaires, équipements) ? »

Faire le tri, c’est ne pas enfouir des déchets recyclables, c’est économiser de l’argent, c’est autofinancer le fonctionnement du centre de tri, c’est augmenter la durée de vie du casier d’enfouissement, et continuer à traiter localement les déchets, éviter les coûts de transport et un coût de traitement supérieur.

« Et après ? Quand il sera plein ce casier ? Ils partiront où nos déchets ? ».

Face au casier et au camion qui y déverse des ordures ménagères, la question est inévitable.

La durée de vie du casier est limitée.
Pour continuer à traiter localement nos déchets, il est indispensable de TRIER les déchets recyclables, de COMPOSTER, et de REDUIRE les ordures ménagères.

Nous remercions toutes les personnes qui ont répondu présentes. Il manque la photo de groupe des enfants, ils étaient nombreux, accompagnés par leurs parents ou grands-parents. Merci à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.