Le verre collecté sur le site est récupéré par la verrerie et cristallerie Saint-Gobain Emballage, à Saint Romain le Puy, dans la Loire.

Un peu d’histoire sur la verrerie de Saint-Romain-le-Puy

Recyclage verre schéma Eco-Emballages

Itinéraire d’un emballage plastique schéma Eco-Emballages

 

VALORPLAST organise le recyclage et vend les flaconnages plastiques à 20 usines de régénération et de recyclage en Europe. Elle paye les coûts de transport (entre le centre de tri et l’usine). Elle verse ensuite le prix de reprise au Syndicat de Territoires de l’Est Cantal.

Suite au tri effectué par les consommateurs et après la collecte, les plastiques sont séparés en trois catégories sur le site des Cramades : PEHD (opaque), PET clair et Pet foncé. Ces plastiques sont alors mis en balle et expédiés par VALORPLAST aux centres de régénération.

Dans l’usine de recyclage, un tri supplémentaire et un prélavage éliminent alors les éléments indésirables et séparent les matériaux suivant leur densité. Le plastique est alors broyé en paillettes incorporées dans la fabrication de nouveaux emballages ou encore de fibres polyester (polaire) pour le PET et pour la fabrication d’objet comme des arrosoirs, du mobilier d’extérieur, etc. pour le PEHD.

Tonnage de plastique récupéré

En 2010 : 106 tonnes
En 2016 : actualisation en cours

Le papier (papier journal, imprimés publicitaires) est récupéré pour l’usine Norske Skog Golbey, dans les Vosges.

Trié sur le site des Cramades il est envoyé en vrac.

L’usine reçoit en moyenne 80 camion par jour. Les papiers sont stockés dans un bâtiment de 27 00 m2 où des opérateurs contrôlent la qualité du papier, organisent le stockage et alimente la ligne de fabrication de la pâte désencrée pour fabriquer du papier journal. L’usine recycle chaque année en moyenne 500 000 tonnes de journaux, magazines et imprimés.

Papier en vrac

Le pulpage et le défibrage

Les produits papier-cartons usagés sont d’abord placés dan un pulpeur. Ce brassage dans de l’eau permet de rompre les liaisons entre les fibres de cellulose et de les séparer des produits résiduels qu’ils pourraient contenir.

L’épuration

L’épuration sépare les fibres des éléments qui sont associés : colles, vernis, agrafes.

Le désencrage

Il est nécessaire simplement pour la fabrication de pâte blanche, et le procédé est essentiellement utilisé dans le cas du recyclage des journaux-magazines. Les fibres rejoignent alors le procédé habituel de fabrication du papier-carton. Elles sont déposées sur une toile en mouvement où elles s’égouttent pour former une feuille qui sera pressée et séchée sur des cylindres chauffés à la vapeur. Une nouvelle feuille de papier ou de carton est ainsi fabriquée.

Itinéraire d’un emballage carton schéma Eco-Emballages

 

Le carton est valorisé par SMURFIT KAPPA et CDI Recyclage. Elles fabriquent du papier destiné à produire du carton ondulé.

Les fibres sont raffinées puis essorées, séchées et pressées. Il est ainsi obtenu de la feuille de papier enroulée en grosses bobines. Une fois à la cartonnerie, les feuilles de papier sont déclinées soit en nouveux produits, soit en emballage.

L’aluminium trié et compacté sur le site des Cramades est envoyé sur le site de recyclage et d’affinage d’aluminium, AFFIMET REGEAL, à Compiègne.

L’aluminium y est broyé puis passé au four pour être fondu (alliages de fonderie dits de seconde fusion). Il est ensuite coulé en lingots et livré aux industries clientes qui le transforment en nouveau produit.

En 2016, 27 balles d’aluminium ont été enlevées sur le site des Cramades pour être recyclées, soit 7,12 tonnes.

Itinéraire d’un emballage en aluminium schéma Eco-Emballages

Recyclage acier schéma Eco-Emballages

 

L’acier est récupéré et traité par l’usine de Fos-sur-Mer.

Il est transporté à l’aciérie où il est broyé, fondu puis étiré et transformé en bobines,en barres ou en fils. L’acier est livré chez les industries clientes qui le transforment en nouveaux produits : chariots de supermarché, boules de pétanque, clefs, trombones, batterie de casseroles pour l’acier, et en pièces automobiles, encadrement de fenêtres, fer à repasser…

Avec une tonne d’emballages en acier triée, on fabrique : 1.4 voiture, 19 chariot de supermarché, 1 229 boules de pétanque.

Sur le site des Cramades, 52 tonnes ont été récupérées en 2015.

L’association Alliance Carton Nature (ACN) réunit les fabricants de briques berlingots et étuis alimentaires Elopak, SIG Combibloc et Tetra Pak. et organise leur recyclage. Le groupe NOVATISSUE SAS (Laval-sur-Vologne), transformateur de papier et de carton, récupère les balles sur le site des Cramades et les envoie en Italie.

Les briques alimentaires (soupe, crème fraiche, lait, jus d’orange) sont constituées de carton (environ 75%) , de polyéthylène (environ 20%) et d’aluminium (environ 5%). A noter que pour le lait et ses dérivés, l’emballage carton ne comporte pas d’aluminium.

Le recyclage du carton

Le carton est la matière de cet emballage la plus recyclée. Dans l’usine de recyclage, les cartons sont additionnés d’eau puis malaxés dans de grandes cuves appelées pulpeurs. Ainsi les fibres de carton sont séparées du polyéthylène et de l’aluminium. Les fibres sont épurées et lavées. Une pâte à papier est ainsi obtenue. Elle sera ensuite égouttée et séchée avant de sortir en bout de machine sous forme de rouleaux.

Le recyclage de la partie plastique et aluminium des briques alimentaires

Les résidus de polyéthylène et d’aluminium, récupérés à la suite du pulpage constituent aussi une ressource exploitable. Plusieurs entreprises pratiquent déjà leur valorisation. Le déchet en polyéthylène ou en aluminium est retransformé en matière première. D’autres usines pratiquent la valorisation énergétique et enfin d’autres le couplage des deux (incinération pour produire de l’énergie et récupération éventuelle des résidus d’aluminium).