La chambre des enfants

Voilà une pièce où l’on pourrait croire qu’il y a peu de déchets. Et pourtant …

Commençons par les couches du plus petit… environ 1 tonne de déchets à lui tout seul jusqu’à l’âge de la propreté.

Puis les lingettes jetables : certains parents utilisent tous les jours ces lingettes non recyclables, et non biodégradables. Des tests sont réalisés dans certains laboratoires sur la dangerosité de ces lingettes (Communiqué QUECHOISIR, octobre 2013). Par précaution il est préférable d’utiliser des lingettes lavables.

Et les vêtements qui ne vont plus, qui sont abîmés, les jouets avec lesquels les enfants ne jouent plus, et le matériel de puériculture souvent très peu abîmé qui peut encore servir.

Les astuces de Marion et Olivier

Les astuces de Marion et Olivier

Pas de panique ! Les couches lavables d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec les langes d’autrefois. Elles sont cousues avec des élastiques à la taille et aux cuisses, ainsi que des fermetures auto-agrippantes. Les culottes de protection sont très pratiques et laissent respirer la peau, en étant étanches. Elles peuvent évidement être lavées en machine. Des feuillets jetables retiennent les selles le cas échéant.

Elles sont, sur le long terme, plus économiques que les couches jetables. Avec l’arrivée d’un 2ème enfant la rentabilité des couches lavables est incontestable.

En savoir plus Guide Couches lavables

ou Contact Sophie Aïchaoui : 04 71 60 62 86

C’est très simple ! Je découpe deux grands carrés de serviettes éponges (usagées ou non) et je les couds ensemble.

Retrouvez des infos sur les lingettes jetables sur le site Conso Globe

On peut aussi les trouver toutes faites sur des sites Internet : vous avez le choix !

Je peux aussi fabriquer mon liniment olécalcaire : une préparation naturelle idéale pour la peau du bébé. Moitié eau de chaux et moitié huile d’olive bio, secouer énergiquement c’est prêt !

Contact Sophie Aïchaoui : 04 71 60 62 86

Pour les vêtements des enfants, je peux participer à des bourses aux vêtements ou des vide-greniers.

Ils sont souvent organisés par les associations des parents d’élèves ou des comités des fêtes. Ils sont annoncés dans la presse locale.

Je peux aussi donner à des associations humanitaires.

Je peux déposer mes textiles (vêtements, linge de maison, même abîmés, mais propres et secs) dans des sacs de 30 litres dans les différents containers en place sur le territoire des Cramades. Je peux aussi leur donner mes chaussures liées par paire, et de la petite maroquinerie.

En savoir + : Le Relais 48