Composter est un geste facile qui permet de créer un amendement naturel proche du terreau et utilisable au jardin. Ce terreau riche après être récupéré s’utilise au jardin pour enrichir la terre, en terreau ou paillis.

La récupération du compost en 22 minutes !

On récupère son compost en vidant entièrement son composteur. Le compost qui ne sera pas utilisé peut être placé dans un autre composteur, dit composteur de maturation. En images on comprend tout !

Étape 1 – Étaler une bâche

Pour commencer étaler une grande bâche sur le sol

Étape 2 – vider le composteur

Puis vider le composteur en cours d’utilisation sur la bâche

Étape 3 – Casser le compost

Si le compost est un peu compact, ne pas hésiter pas à le casser avec la fourche

Étape 4 – Remplir l’autre composteur

Puis remplir l’autre composteur avec ce compost. Il devient alors le composteur de maturation.

Étape 5 – Remplir l’autre composteur

L’autre composteur, est maintenant vide et prêt à accueillir vos nouveaux déchets organiques ! Ce retournement va également permettre d’aérer son compost et de mélanger les déchets les plus secs, souvent autour avec le centre généralement plus humide.

Le conseil de Sophie : l’idéal est d’avoir deux composteurs. Un composteur pour les apports de déchets et un autre composteur de maturation.

Après avoir vidé le composteur de maturation et récupérer le compost le plus mûr, on peut procéder au retournement du premier composteur, et remplir le deuxième composteur du compost qui n’a pas terminé de se composter.

Utiliser son compost pour nourrir son sol

Au printemps, nourrir le sol avant de repiquer les plants

1 à 2 semaines avant de repiquer nos plants (3 semaines pour les semis) nous pouvons nourrir le sol avec notre compost. Après avoir tout sorti du composteur, récupérer le compost le plus mûr, puis l’épandre sur la terre qui va accueillir les plantations, le griffer pour l’incorporer au 5 premiers cm de terre, et le recouvrir de paillis (de la tonte séchée par exemple).
Sous le paillis, la terre et le compost restent humides favorisant la vie des vers de terres et des micro-organismes.

L’humus donne du corps aux terres sableuses … et allège les terres lourdes

Le compost va rapidement finir sa transformation en humus et ainsi nourrir le sol pour une croissance idéale des plantes

Le rôle du jardinier est de nourrir le sol. Puis le sol, ainsi enrichi, nourrira les plantes.

A l’automne, le compost protège du froid

Épandu mi-mûr sur la terre de votre potager en début d’hiver, le compost va protéger le sol du froid, du tassement des pluies, du vent et du gel. Pour une meilleure protection, recouvrir votre compost de feuilles mortes (jusqu’à 8/10 cm). Par son apport, la « vie du sol » sera réactivée et entretenue. Au printemps, le compost aura quasiment disparu et la terre sera enrichie, prête à accueillir d nouvelles plantation.

Avant le paillage, le compost protège de la sécheresse

De structure grossière, il peut être utilisé avant le paillage des plantes, des arbustes. Cette pratique protège la terre contre la sécheresse et limite la pousse de mauvaises herbes. Le compost est directement en contact avec les micro-organismes.

Le compost peut servir d’amendement

De structure moyenne, riche en oligoéléments et matières organiques, il peut être répandu à la surface du sol en couches minces et avec un léger griffage pour le mélanger au premier cm de terre.

Le rempotage

Le compost à maturité ou tamisé est de structure fine. Il contient de nombreux éléments nutritifs qui participent à l’amélioration de la terre du jardin et à l’enrichissement des plantations en pot.