Atlas de la Biodiversité : découverte de la diversité de la faune cantalienne

Dans le cadre de l’élaboration de son Atlas de la Biodiversité Territoriale, le SYTEC poursuit son programme d’animations. Après celles de l’hiver qui ont rassemblé de nombreux curieux et passionnés de nature, la première du printemps 2018 s’est tenue mercredi 2 mai, sur le thème de la faune cantalienne.

La Maison de la Faune à Murat nous a accueillis pour cette animation, menée par  Marc Chautan de la Fédération Régionale des Chasseurs et Arnaud Lafon de la Fédération Départementale des Chasseurs du Cantal.

Nous remercions les services de la Maison de la Faune et de la mairie de Murat pour leur accueil.

Vingt-cinq personnes étaient au rendez-vous, petits et grands, hommes et femmes, un public de passionnés constitué de chasseurs, mais pas seulement !

Les missions des Fédérations Départementales des Chasseurs

Arnaud Lafon, technicien cynégétique, a rappelé en introduction les missions de la Fédération Départementale des Chasseurs comme la connaissance et l’entretien de la biodiversité et de la nature, la reproduction des espèces, le suivi des populations, les relations entre la présence des espèces et les activités humaines, et les actions à mettre en place pour optimiser la vie en commun.

Une grande diversité de paysages

Il a souligné le rôle important des relais de terrain des 260 ACCA présentes sur le Cantal. Il a présenté la richesse naturelle du territoire de part l’éventail des conditions météo, les milieux et les habitats naturels présents « Le Cantal est une zone très diversifiée vous y trouvez des forêts, des paysages ouverts comme les planèzes, des zones humides, des montagnes… Une variété d’habitats qui entraînent une très grande variété d’espèces. Le chasseur cantalien s’habitue à cette variété. »

Une grande diversité d’espèces : du renard à la bécassine, en passant par le sanglier

Il a ensuite présenté de façon détaillée les différentes espèces qui constituent la faune cantalienne en faisant participer activement le public connaisseur. Au programme le chevreuil, le cerf, le renard, le blaireau, le lièvre et le lapin de Garenne, la pie, la bécassine des Marais, la cigogne blanche, le martin pêcheur, la loutre… !

Arnaud Lafon a précisé les espèces chassées et celles protégées.

Marc Chautan a ensuite présenté l’application VIGIFAUNE proposée par la Fédération Régionale des Chasseurs d’Auvergne-Rhône-Alpes, et avec le concours de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il a fait le lien entre les continuités écologiques (1) et les zones de conflits telles que les infrastructures humaines. Les routes peuvent être ces zones de conflit. L’application VIGIFAUNE permet au grand public de participer à une meilleure connaissance des tronçons routiers dangereux pour la faune sauvage.

(1) Les continuités écologiques correspondent à l’ensemble des zones vitales (réservoirs de biodiversité) et des éléments qui permettent à une population d’espèces de circuler et d’accéder aux zones vitales (corridors écologiques).

Sur le terrain, sur la route d’Albepierre, Marc Chautan a présenté le fonctionnement de l’application :

  • Se connecter à l’application Vigifaune
  • La date de l’observation ainsi que sa position GPS sont indiquées automatiquement
  • Indiquer l’espèce, et éventuellement son âge et son sexe, si déterminé
  • Indiquer les caractéristiques de l’infrastructure concernée (route, autoroute, voie ferrée, canal…)
  • Joindre éventuellement une photographie permettant de vérifier les informations a posteriori
  • Et valider votre signalement.

Les données sont ensuite transmises à la Fédération régionale des Chasseurs qui participe à un travail collégial (avec d’autres associations de protection de l’environnement et les services de voirie) de collecte des informations de cas de mortalité de la faune causés par les infrastructures de transport.

Ces informations sont destinées à identifier les secteurs où des aménagements seraient nécessaires pour réduire l’impact des infrastructures sur les déplacements de la faune sauvage.

En savoir plus sur le site web : www.chasse-auvergne.com

Et Vigifaune sur internet https://www.vigifaune.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.