Atlas de la Biodiversité Territoriale – Comité Scientifique du 2 février 2018 : bilan année 1 et poursuite en année 2

Le 3ème Comité Scientifique de l’Atlas de la Biodiversité réuni le 2 février 2018, a rassemblé une trentaine de participants (1), élus et structures compétentes dans le domaine de l’environnement.
(1) Agence Régionale de la Biodiversité, DREAL, Conseil Départemental, Saint-Flour Communauté, Fédération Régionale des Chasseurs, Education Nationale et lycée agricole de Saint-Flour, Direction Départementale de l’Equipement, PNR de l’Aubrac, PNR des Volcans d’Auvergne, Conservatoire Botanique National du Massif Central et plusieurs représentants des associations naturalistes d’Auvergne.

Monsieur Pierre Jarlier, Président du SYTEC, accompagné de Jacques Couvret a accueilli les participants en rappelant les objectifs forts poursuivis par le syndicat, dans la réalisation de l’Atlas de la Biodiversité Territoriale et son articulation avec l’aménagement du territoire :

Nous serons très vigilants sur le maintien de notre biodiversité. C’est un travail de responsabilité collective, sur le long terme. Conjuguer sa préservation aux projets de développement est une priorité affichée.Ici, nous ne pouvons pas les opposer, ils sont liés. Il faut identifier les enjeux locaux et nous agirons en les intégrant dans notre stratégie d’aménagement du territoire.

Définition
La biodiversité est constituée des relations et des interactions qui existent entre les organismes entre eux et avec leurs milieux de vie. Les écosystèmes et la biodiversité soutiennent et procurent de nombreux services dits services écologiques ou services écosystémiques, généralement classés comme bien commun et/ou bien public car vitaux ou utiles pour l’humanité, les autres espèces et les activités économiques.

De la biodiversité mondiale à la biodiversité territoriale

La biodiversité : la situation mondiale

En 2017, selon l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) sur 91 523 espèces étudiées, 25 821 sont classées menacées. 41% sont des amphibiens / 13% sont des oiseaux / 25% sont des mammifères. Ils sont menacés d’extinction au niveau mondial. Ainsi on considère que les espèces disparaissent aujourd’hui entre 100 et 1 000 fois plus vite que le rythme naturel d’extinction, en comparaison avant l’époque pré-industrielle où l’action de l’Homme demeurait très limitée.

La biodiversité : la situation nationale
En France la situation est également très préoccupante. Par exemple,la présence de chauve-souris (source Observatoire National de la Biodiversité) a régressé de 46% en l’espace de 8 ans (2006/2014) et de 1989 à 2015, les oiseaux communs, dits spécialistes (présentant un certain niveau d’exigence s’agissant de la qualité des milieux naturels) ont régressé de 23%.

La biodiversité : la situation en Auvergne
En Auvergne, le constat est tout autant préoccupant.  Les invasions biologiques, l’artificialisation des territoires demeurent un peu moins impactantes sur notre région.

En Auvergne-Rhône-Alpes et de manière plus fine à l’échelle du Massif Central, nous disposons de chiffres sur l’évolution des oiseaux communs qui sont de la même tendance qu’au niveau national. Les listes rouges régionales sur les espèces menacées témoignent également de cette érosion :

  • près d’une espèce d’oiseaux sur deux
  • une espèce de mousses sur deux sont menacées en Auvergne
  • une espèce de papillons sur six
  • 21% de la flore vasculaire (plantes à fleurs et fougères)

Bilan des sciences participatives : les données collectées par les habitants du territoire

Sabine Boursange et Clément Rollant de la LPO Auvergne ont présenté le bilan de l’Atlas de la Biodiversité, du 1er juillet au 15 janvier 2018.
37 personnes ont contribué aux enquêtes participatives et transmis 513 questionnaires, pour 678 données collectées, dans le cadre des 3 thèmes de sciences participatives : Fiers de nos prairies, Rencontrons nos papillons et Espèces emblématiques dans nos loisirs.
Les espèces les plus observées ont été :

Pour l’enquête Fiers de nos prairies : la jonquille et la gentiane jaune pour le 1er thème.
Pour Rencontrons nos papillons : le morosphinx, les piérides, et le paon du jour.

Et pour Espèces emblématiques dans nos loisirs : le milan royal, le cerf élaphe, l’aigle botté et les chauves-souris et la salamandre tachetée.
Le bilan dans son intégralité Comité scientifique 2 février 2018

En attendant le début du printemps, découvrez les animations du programme de Sciences Participatives ! Malgré le « mauvais » temps, les oiseaux et les mammifères sont toujours présents. A vos jumelles pour les trouver !

Continuez à participer : www.atlas-biodiversite-sytec15.com/

La valorisation des données produites par les partenaires

De nombreux partenaires institutionnels et associatifs ont transmis leurs données concernant le territoire pour alimenter la connaissance et la base de données de l’ABT.Plusieurs conventions avec ces organismes ont déjà permis de collecter plus de 500 000 données d’inventaires de faune et de flore. Ces éléments ont été complétés par vingt jours d’inventaires de terrains réalisés par des spécialistes sur les secteurs de Margeride et du Cézallier.

Poursuite du projet en 2018

Ce Comité Scientifique fut l’occasion d’annoncer la poursuite de cet Atlas avec la réalisation d’une deuxième année. En effet, le SYTEC a candidaté à l’Appel à Manifestation d’Intérêt de l’Agence Française pour la Biodiversité et a été retenu parmi 47 collectivités à l’échelle nationale.

En savoir plus :  https://www.afbiodiversite.fr/fr/actualites/les-atlas-de-la-biodiversite-communale-soutenus-par-lagence-francaise-pour-la

Cette nouvelle phase comprend 4 axes :

  • Poursuite du programme de sciences participatives
  • Communication / mobilisation citoyenne
  • Approfondissement des expertises scientifiques
  • Valorisation des données

Subvention de l’Agence Française pour la Biodiversité 140 000 € (80%).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.